jeudi 5 septembre 2013

C'est la rentrée...

Ben oui j'avoue... ça fait bien longtemps que je ne suis pas venue vous mettre un petit mot par ici... mais je vois que vous êtes encore nombreuses (nombreux ?) à venir me rendre visite, alors ma grande résolution pour cette rentrée sera de remplir quelques pages de plus sur ce blog.
Parce que j'ai quand même plein de choses à dire...
Ch'suis juste un petit peu flemmarde...

et pour commencer un petit tuto :

lavage de toison en grande quantité 



Avec une toison d'agneau ramenée par mon homme, qui a lui même tondu la bête...
J'ai pas de photo de la pauv'bestiole après la tonte, mais j'aurai bien aimé voir sa tronche, vu qu'il ne lui a pas tondu le cou et la tête


On ne sait pas trop ce que c'est comme race... quelque chose qui se rapproche du karakul, mais je suis hyper contente : la toison est très propre, pas trop grasse et vraiment noire.


1re opération : dessuintage à l'eau de pluie environ 5h.
Pour les bassines : bacs de rangements sans trous.
Et j'utilise toujours mes fameux filets en tissu moustiquaire... C'est le top : les fibres s'étalent bien dans le bac et on les sort de l'eau facilement. Idéal aussi pour ne pas boucher l'évier (voir plus bas) ou pour égoutter le tout, pendu à un crochet de peintre...

On renouvelle l'opération une seconde fois : notez la différence entre les 2 eaux de lavage.
C'est quasiment clair !


2e opération : dégraissage à l'eau très chaude + liquide vaisselle bio dans l'évier de la cuisine... 
Même pas peur  !

On verse le liquide vaisselle dans l'eau très chaude. 
Là, c'est pas pour faire de la pub, c'est pour vous montrer la quantité de liquide vaisselle que je mets dans l'évier avec l'eau.

Trempage dans l'eau chaude... 


On ferme pour garder la chaleur,
et on laisse tremper 20 minutes.

20 minutes après, voilà l'état de l'eau.
On met des gants bien épais pour pas se brûler, on sort le filet de l'évier et on le presse pour égoutter.
Puis on rince : on remplit à nouveau l'évier d'eau très chaude 
(pour éviter un choc thermique qui risquerait de feutrer la laine).
3e opération : l'essorage avec ma botte secrète, l'essoreuse de compèt' qui tourne à 2800 tours/minute !!!
Avec cuve inox et son leste : une serviette éponge que je mouille et que j'enfourne avec le paquet de laine trempée, pour équilibrer la rotation de la machine.
Tatam !!! 
4e opération : séchage au soleil (ancienne mane en métal ramenée de la Rochelle + table d'écolier à laquelle j'ai enlevé le plateau, en guise de support) : garanti en 1/2 heure.
La laine est loin d'être fine, mais elle est vraiment noire !!! Magnifique ! Pourvu qu'elle feutre...
Et direct au cardage, tout ça dans la même journée ! 

Résultat : 7 nappes (environ 350g) de laine lavée et cardée pour 520g de laine brute...







Voilà, j'espère que ce petit reportage vous aura plu... 
A bientôt pour le feutrage...

5 commentaires:

  1. Réponses
    1. ben c'est surtout le cardage qui demande du taf... le lavage dure toute la journée, mais ne prend pas beaucoup de temps en fait

      Supprimer
  2. Bonjour
    Je n'avais encore jamais vu ce système d'essorage en machine, et ça m'intéresse beaucoup !!! Combien de laine faites-vous sécher à la fois ?

    Perso, j'ai tenté l'essorage dans ma machine à laver, mais à 700 tours uniquement, je n'ai pas osé tester les 1000 tours/mn....

    Merci pour le reportage !

    Frédérique Turgot
    Atelier Pure Laine / Agneau d'Herbe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble de mémoire que la capacité de la machine est limitée à 4.5 kg, donc on mettra plus de fibres si on prend le temps de les essorer un peu avant.
      Je pense que 1000 tours/min, tu peux y aller sans soucis ;-)

      Supprimer